Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
Paroisse Saint Dominique
20, rue de la Tombe-Issoire
Adresse Postale
11, villa Saint Jacques
75014 PARIS
Tél : 01 45 65 20 25
Fax : 01 45 65 58 48
st.dominique.paroisse@orange.fr
MESSES A SAINT-DOMINIQUE
Lundi, une seule messe à 18h30
Mardi à vendredi :
8h, 12h15, 18h30
Samedi : 9h, 18h30
Dimanche
Eglise Saint-Dominique

9h, 10h30, 18h30 .
Pour les enfants, à 10h30, garderie et partage de la Parole adaptée.
Chapelle Saint-Yves
(11 rue Saint-Yves) :
9h30 (en français)
11h00 (en polonais).

- Des horaires particuliers sont prévus pour les fêtes et les temps de vacances.
Consultez les Annonces de la semaine dans la colonne de droite.
Dans la même rubrique
vidéos de la paroisse
Trouver une messe ?
Le portail jeune de l'Eglise de France
Voulez-vous rencontrer Jésus ?
La Voix du 14ème
Conférences des évêques de France
Le Jour du Seigneur
Radio Notre Dame
RCF : Radios chrétiennes francophones
Le saint du jour
JPEG - 6.5 ko
Port Saint Nicolas
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Les éditoriaux du dimanche « 2016 « Notre Dieu est un Dieu de vie et non de mort

10ème dimanche du Temps Ordinaire 5 juin 2016

Notre Dieu est un Dieu de vie et non de mort

Il conviendrait de relire l’Évangile de ce dimanche en parallèle avec le texte de la guérison du serviteur du centurion romain. Les deux passages se suivent et l’évangéliste Luc a opté pour le rapprochement de ces deux récits, sans doute pour nous aider à contempler le mystère de Jésus sauveur. Un homme païen et son serviteur malade, une femme juive et son fils déjà mort... Une demande exprimée dans la confiance et la marche d’une foule accompagnant une veuve dans la souffrance. Chemin faisant, Jésus rencontre une fois de plus la misère d’un peuple... Il s’agit maintenant de l’épreuve de la mort.

En introduisant le texte d’aujourd’hui, Luc attire notre attention sur un double mouvement : deux foules se croisent. La première, joyeuse et enthousiaste, entoure Jésus et ses disciples qui entrent dans Naïn. La seconde sort de la ville pour enterrer un mort. L’une est centrée sur Jésus, l’autre sur la mort d’un jeune homme. Dans le deuxième groupe, c’est la souffrance d’une veuve qui préside au cortège, cette veuve n’avait qu’un fils et il est mort.

Dans l’évangile d’aujourd’hui, rayonnent plus que jamais la compassion et la tendresse de Jésus. Son miracle est tout à fait particulier, puisqu’il ne répond à aucune demande. Il a suffi à Jésus de voir passer le lamentable cortège d’une mère pleurant son enfant mort pour qu’il soit pris de pitié et que, presque malgré lui, la force de vie qu’il est se communique à cette mère éprouvée et son fils mort pour les faire entrer tous deux dans le mystère de renaissance...

Les premiers chrétiens voyaient dans cet événement un message d’espérance pour chacun d’eux : nous pouvons avoir une foi vacillante, une période de découragement, mais dans notre monde, il existe une force nouvelle, qui redonne vie à chacun de nous.

L’incroyant est celui qui affirme que Dieu ne peut le transformer, qui affirme qu’il ne peut plus changer parce qu’il est trop vieux, que maintenant, il est trop tard. Le véritable incroyant est celui qui nie l’infinie puissance de la grâce. Une seule parole du Christ suffit pour faire revivre ce qui était mort. Le message d’espérance de notre foi est que notre Dieu n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Tous, en effet, vivent pour lui. (Lc 20, 38)

Père Slawek Zabiegalowski

© Paroisse Saint-Dominique, Paris 14ème - 2011-2013