Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
Paroisse Saint Dominique
20, rue de la Tombe-Issoire
Adresse Postale
11, villa Saint Jacques
75014 PARIS
Tél : 01 45 65 20 25
Fax : 01 45 65 58 48
st.dominique.paroisse@orange.fr
MESSES A SAINT-DOMINIQUE
Lundi, une seule messe à 18h30
Mardi à vendredi :
8h, 12h15, 18h30
Samedi : 9h, 18h30
Dimanche
Eglise Saint-Dominique

9h, 10h30, 18h30
Pour les enfants, à 10h30, garderie et partage de la Parole adaptée.
Chapelle Saint-Yves
(11, rue Saint-Yves) :
9h30 (en français)
11h00 (en polonais)

- Des horaires particuliers sont prévus pour les fêtes et les temps de vacances.
Consultez les Annonces de la semaine dans la colonne de droite.

Madeleine Delbrêl

Madeleine Delbrêl
paroissienne de Saint Dominique, 1904-1964
une vie dans la périphérie, au cœur de l’évangile

Biographie

Le nom de Madeleine Delbrêl est bien présent à la paroisse. C’est le nom de la crypte, la grande salle paroissiale sous l’église. Cependant la personne de Madeleine Delbrêl est beaucoup moins connue.

Madeleine est née le 24 octobre 1904 à Mussidan en Dordogne de parents qui, plus tard, se sépareront. Fille unique de Jules, libre-penseur et très cultivé, et de Lucile née Junière, mère croyante, Madeleine suit ses parents, de gare en gare, son père étant employé aux chemins de fer.

En 1916, elle vient habiter Paris au 3, place Denfert-Rochereau (actuellement le Bar Australien à côté de la gare), son père étant devenu chef de gare à Paris-Denfert. Elle est très douée en littérature, musique et dessin. À l’âge de 15 ans elle se déclare athée. En 1922, elle écrit un poème en forme de profession de foi athée, intitulé : « Dieu est mort, vive la mort ! ».

La fréquentation d’un jeune homme catholique, Jean Maydieu, avec qui on la croit fiancée, mais qui un an après leur rencontre est devenu Dominicain, l’a fait revoir sa position sur Dieu. « Si je voulais être sincère, Dieu, n’étant plus rigoureusement impossible, ne devait pas être traité comme sûrement inexistant … ».

Le 29 mars 1924, Madeleine décide de s’agenouiller et de prier à l’église Saint Dominique. « J’avais été et je suis restée éblouie par Dieu », expliquera-t-elle plus tard. La même année, la famille Delbrêl s’installe au 78, place Saint Jacques (14ième). Madeleine s’investit à la paroisse comme cheftaine des scouts et rencontre le Père Jacques Lorenzo, vicaire à la paroisse qui, dit-elle, « a, pour moi, fait exploser l’Evangile ».

En 1930, naît la patrouille Saint Dominique, un groupe de jeunes filles qui « veulent acquérir une vie chrétienne plus intense ». Parmi elles, plusieurs éprouvent bientôt le désir « de vivre une vie évangélique plus absolue, en commun ».

Le 15 octobre 1933, Madeleine part avec deux d’entre elles à Ivry-sur-Seine pour y vivre « le Jésus d’aujourd’hui », parmi les pauvres et parmi ceux qui ne connaissent pas Dieu. Le groupe prend le nom de « Charité », avant de devenir plus tard « les Équipes ». Pendant 12 ans, Madeleine exerce à Ivry le métier d’assistante sociale. À partir de 1945, elle se consacre uniquement à la Charité et aux besoins de l’Eglise de France.

L’évangile est au cœur de sa vie. Elle dit : « La lumière de l’Évangile n’est pas une illumination qui nous demeure extérieure. Elle est un feu qui exige de pénétrer en nous pour y opérer une transformation. ».

Madeleine meurt le 13 octobre 1964. Elle a laissé de nombreux écrits missionnaires et spirituels. Un procès de béatification est en cours. Que Madeleine Delbrêl puisse vous rapprocher de l’Evangile et du Christ. Car : « Il s’agit moins de travailler pour le Christ que de vivre le Christ ».

Quelques textes de Madeleine

« Il y a des gens que Dieu prend et met à part. Il y en a d’autres qu’il laisse dans la masse et qu’il ne ‘retire pas du monde’. Ce sont des gens qui font un travail ordinaire, qui ont un foyer ordinaire ou sont des célibataires ordinaires … »
La Sainteté des gens ordinaires, OC, tome VII, Nouvelle Cité, p.23

« Fais-nous vivre notre vie non comme un jeu d’échecs où tout est calculé, non comme un match où tout est difficile, non comme un problème qui nous casse la tête, non comme une dette à payer, mais comme une fête sans fin où votre rencontre se renouvelle, comme un bal, comme une danse entre les bras de votre grâce, dans la musique universelle de l’amour. Seigneur, venez nous inviter. »
Humour dans l’amour, OC, tome III, Nouvelle Cité, p.32

« La Parole de Dieu, on ne l’emporte pas au bout du monde dans une mallette : on la porte en soi, on l’emporte en soi. On ne la met pas dans un coin de soi-même, dans sa mémoire, comme sur une étagère d’armoire où on l’aurait rangée. On la laisse aller jusqu’au fond de soi, jusqu’à ce gond où pivote tout nous-mêmes. ».
Témoins-Missionnaires sans bateau,
La Sainteté des gens ordinaires, OC, tome VII, Nouvelle Cité, p.89

« Le missionnaire est quelqu’un qui prie, quelqu’un qui témoigne, quelqu’un qui aime. »
La Sainteté des gens ordinaires, OC, tome VII, Nouvelle Cité, p.84

« Le converti est un homme qui découvre la merveilleuse chance que Dieu soit. »
Idem, p.124

« L’eucharistie est notre tout et nous devons en être le signe »
Eblouie par Dieu, OC, tome I, Nouvelle Cité, p.234

« La foi est l’engagement de la vie éternelle dans le temps »
Athéismes et évangélisation, OC, tome VIII, Nouvelle Cité, p.210

« L’Église, je suis dedans comme un membre dans le corps, comme une cellule dans un organisme vivant. Elle me transmet la vie des enfants de Dieu. »
La femme, le prêtre et Dieu, OC, tome IX, Nouvelle Cité, p.155

Prière pour la béatification de Madeleine Delbrêl

Seigneur Jésus-Christ,
Toi qui appelas Madeleine Delbrêl à te donner la préférence
et qui l’emmenas dans ton élan de charité
jusqu’aux frères les plus éloignés de toi,
Toi qui lui donnas la vive conscience
que la vie éternelle est le besoin fondamental de l’homme,
que chaque chrétien est une charnière de chair,
une charnière de grâce,
une brèche pour la Parole de Dieu qui se fait chair,
Toi qui lui donnas l’amour de l’Eglise, mystère de ton corps aujourd’hui,

Inspire aux chrétiens le désir de sainteté,
dans la rue même où ils habitent
et la confiance que la grâce ne leur manquera pas
faisant de leur vie un témoignage de Toi.
Inspire à ton Eglise de reconnaître la trace lumineuse
de Ta Sainteté dans la vie et l’œuvre de Madeleine Delbrêl
pour que nous vivions davantage unis à Toi et par Toi au monde.
Par ton intercession, accorde à tous,
avec son désir de sainteté des gens ordinaires,
la guérison du cœur, de l’âme et du corps
Nous te demandons la grâce…
Amen.

Les personnes qui obtiennent des grâces par l’intercession de la servante de Dieu sont invitées à écrire à : Postulation Cause Delbrêl, Évêché de Créteil, 2 Avenue Pasteur Vallery-Radot, 94000 Créteil.

© Paroisse Saint-Dominique, Paris 14ème - 2011-2017