Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
Paroisse Saint Dominique
20, rue de la Tombe-Issoire
Adresse Postale
11, villa Saint Jacques
75014 PARIS
Tél : 01 45 65 20 25
Fax : 01 45 65 58 48
st.dominique.paroisse@orange.fr
MESSES A SAINT-DOMINIQUE
Lundi, une seule messe à 18h30
Mardi à vendredi :
8h, 12h15, 18h30
Samedi : 9h, 18h30
Dimanche
Eglise Saint-Dominique

9h, 10h30, 18h30
Pour les enfants, à 10h30, garderie et partage de la Parole adaptée.
Chapelle Saint-Yves
(11, rue Saint-Yves) :
9h30 (en français)
11h00 (en polonais)

- Des horaires particuliers sont prévus pour les fêtes et les temps de vacances.
Consultez les Annonces de la semaine dans la colonne de droite.
Dans la même rubrique
vidéos de la paroisse
Trouver une messe ?
Le portail jeune de l'Eglise de France
Voulez-vous rencontrer Jésus ?
La Voix du 14ème
Conférences des évêques de France
Le Jour du Seigneur
Radio Notre Dame
RCF : Radios chrétiennes francophones
Le saint du jour
JPEG - 6.5 ko
Port Saint Nicolas
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Les éditoriaux du dimanche « 2017 « Les deux commandements

Les deux commandements

30ème dimanche du Temps Ordinaire - 29 octobre 2017 - Année A

Les passages de l’Evangile que nous lisons depuis quelques dimanches se situent à la fin de la vie terrestre de Jésus. La haine l’enserre de plus en plus, sa passion approche. Ces textes sont en somme son testament qu’il nous livre, testament que nous retrouvons dans son discours après la Cène. Son Testament : deux commandements qui se trouvent l’un dans le Deutéronome (le fameux « Ecoute ô Israël »), l’autre dans le Lévitique ; mais Jésus les rassemblent et affirme qu’ils sont égaux, identiques. Aimer Dieu, aimer les autres c’est tout un. Saint Jean dans l’une de ses lettres l’affirmera avec force : « Celui qui n’aime pas son frère qu’il voit ne saurait aimer Dieu qu’il ne voit pas ! »

Dieu se trouve caché dans toutes personnes que nous rencontrons ou côtoyons petits ou grands, malades ou bien-portant, riches ou pauvres... Le Christ vit en particulier en tous ceux que la vie mortifient, abîment, crucifient. Le royaume de Dieu est déjà-là ; là est notre champ de la fraternité.

L’évangéliste saint Marc complète l’affirmation de Jésus en nous disant que l’amour de nos prochains vaut mieux que tous les holocaustes et les sacrifices. Comprenons bien cette affirmation du Christ : les rites, le culte accomplis sans l’amour qui est moteur de la vie ne servent à rien, surtout s’il n’est pas accordé à l’Amour de Dieu. Il nous est dangereux de répéter ’amour, amour, amour’ : nous confondons souvent celui qui est vécu dans l’évangile avec un simple sentiment d’affection physique, moral ou même sexuel. Remplaçons le mot amour par celui de Charité qui prend sa source dans la Charité que Jésus a vécu au cours de son existence terrestre, Charité qui prend sa source dans la foi qui se nourrit de l’espérance, mais qui restera seule quand à la suite de Jésus nous aurons fait notre Pâques éternelle et que nous verrons Dieu face à face.

L’Amour ne l’oublions pas est l’autre nom de Dieu.

Père Jean Robin

© Paroisse Saint-Dominique, Paris 14ème - 2011-2017