Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
Paroisse Saint Dominique
20, rue de la Tombe-Issoire
Adresse Postale
11, villa Saint Jacques
75014 PARIS
Tél : 01 45 65 20 25
Fax : 01 45 65 58 48
st.dominique.paroisse@orange.fr
MESSES A SAINT-DOMINIQUE
Lundi, une seule messe à 18h30
Mardi à vendredi :
8h, 12h15, 18h30
Samedi : 9h, 18h30
Dimanche
Eglise Saint-Dominique

9h, 10h30, 18h30
Pour les enfants, à 10h30, garderie et partage de la Parole adaptée.
Chapelle Saint-Yves
(11, rue Saint-Yves) :
9h30 (en français)
11h00 (en polonais)

- Des horaires particuliers sont prévus pour les fêtes et les temps de vacances.
Consultez les Annonces de la semaine dans la colonne de droite.
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « La paroisse « L'église Saint Dominique « L'histoire de Saint Dominique

L’histoire de Saint Dominique

Né vers 1170, dans une famille de petite noblesse de Castille, Dominique (1) fit de bonnes études à Palencia (entre Burgos et Valladolid), à l’époque, centre le plus imputant, d’Espagne pour y étudier pendant 4 ans l’Ecriture Sainte et la Théologie.

Devenu prêtre vers l’âge de 22 ans (avant 1205), il entra chez les chanoines de la Cathédrale d’Osma, qui suivent la règle de Saint Augustin. Il mène une vie contemplative et commence à prêcher.

A 33 ans, Dominique accompagne son évêque au Danemark dans une mission diplomatique. Au retour, ils passent par Rome pour demander au Pape Innocent III de partir en mission lointaine ; mais celui-ci leur demande de convertir les Cathares du Sud de la France où depuis le XIIème siècle l’hérésie albigeoise ravage le pays et sa capitale Toulouse.

Les Seigneurs approuvent cette religion qui leur permet de supprimer les immenses biens ecclésiastiques à leur profit, favorisent les prédicants cathares et persécutent évêques et abbés fidèles à l’Eglise.

Le peuple suit l’exemple donné par les seigneurs.

La papauté essaie de réagir en envoyant des missions, mais sans succès durable. Innocent III devenu Pape en 1198 mobilise les moines Cisterciens.

En 1207, Dominique reste presque seul, après le retour en Espagne, de son évêque et le départ des moines cisterciens. C’est alors qu’il rassemble quelques femmes converties à Notre-Dame de Prouille, au pied de la colline de Fanjeaux (près de Carcassonne) constituant une petite communauté qui mène une vie religieuse fervente, priant pour ceux qui vont prêcher. Ce sera le berceau des moniales dominicaines. En effet, Dominique veut lutter contre l’hérésie cathare par la prédication mais aussi par une pureté de vie et dans la pauvreté.

En 1215, Dominique à 45 ans. Quelques compagnons se sont joints à lui. C’est l’année où s’ouvre à Rome le IVème Concile de Latran, le plus important du Moyen Age, où il est décidé de nouveau que dans chaque cathédrale, des théologiens doivent enseigner la Bible aux clercs et les former au ministère pastoral.

Foulques, l’évêque de Toulouse, puis le Pape encouragent Dominique à fonder un nouvel ordre car l’Eglise manque d’hommes instruits pour mieux évangéliser. Ils s’appelleront « Frères prêcheurs », prennent la règle de Saint Augustin, désireux d’être toujours disponibles pour annoncer la Parole de Dieu.

La confirmation de cette fondation fut reconnue par le Papa Honorius III, le 22 décembre 1216.

Le 15 août 1217, Dominique décide de répartir ses frères entre Bologne, Rome et Paris. En 1218 leur est concédé à Paris l’Hospice Saint-Jacques, près de la Porte d’où partent les pèlerins pur Compostelle.

En juin 1219, à Paris, ils sont une trentaine pour accueillir Dominique. Il prêche aux étudiants et jusqu’à sa mort, Dominique voyage en France, en Espagne, en Italie, organisant son ordre et faisant de nombreuses fondations.

Epuisé, il meurt le 6 août 1221 à Bologne où il est enterré dans le couvent de ses frères.

Il est canonisé en 1234.

Après sa mort, l’ordre des Frères prêcheurs poursuit la mission qui lui avait été confiée : annoncer partout l’Evangile.

***********.

Depuis le XIIIème, l’Ordre a donné à l’Eglise beaucoup de saints et de grands serviteurs :

-  Saint Albert le Grand et son élève Saint Thomas d’Aquin, qui enseignent surtout au couvent Saint Jacques à Paris.
-  Sainte Catherine de Sienne (2), Fra Angelico, Savanarole, Las casas, Lacordaire, plus récemment le Père Lagrange, fondateur de l’Ecole Biblique de Jérusalem.

(1) Son baptême est évoqué sur le mur derrière les fonts baptismaux de notre église.
(2) Représentée dans la Chapelle de gauche de notre église en train de soigner un pestiféré.

D’après le N° 425 (Mai 1988)
de « Fêtes et Saisons », consacré
à Saint Dominique.

© Paroisse Saint-Dominique, Paris 14ème - 2011-2017