Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
Paroisse Saint Dominique
20, rue de la Tombe-Issoire
Adresse Postale
11, villa Saint Jacques
75014 PARIS
Tél : 01 45 65 20 25
st.dominique.paroisse@orange.fr
Trouver une messe ?
Le portail jeune de l'Eglise de France
Voulez-vous rencontrer Jésus ?
La Voix du 14ème
Conférences des évêques de France
Le Jour du Seigneur
Radio Notre Dame
RCF : Radios chrétiennes francophones
Le saint du jour
Dans la même rubrique
MESSES A SAINT-DOMINIQUE
Messes en semaine
Lundi  : 18h30
Mardi à vendredi  : 12h15, 18h30
Samedi  : 9h
Messes dominicales
Samedi  : 18h30
Dimanche  : 9h, 10h30, 18h30
Pour les enfants, à 10h30, garderie et partage de la Parole adaptée.
Chapelle Saint-Yves
11, rue Saint-Yves
Dimanche 11h00 (en polonais)
- Des horaires particuliers sont prévus pour les fêtes et les temps de vacances.
Consultez les Annonces de la semaine dans la colonne de droite.
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Les éditoriaux du dimanche « 2019 « Saint John Henry Newman : « Le cœur parle au cœur »

Saint John Henry Newman : « Le cœur parle au cœur »

30ème dimanche du Temps Ordinaire - 27 octobre 2019 - Année C

Dans quelques jours, nous allons honorer la « foule immense » (Ap 14,7) de tous les saints ! Saint John Henry Newman (1801-1890) en fait partie depuis peu. Le 13 octobre dernier, à Rome, j’ai eu la joie de concélébrer, avec le pape François, la messe de sa canonisation. Benoit XVI, qui l’avait béatifié, voyait en lui « un des grands maîtres de l’Eglise » ! Qui est-il ? Que nous enseigne-t-il ?

Né à Londres, en 1801, John Henry est l’aîné de six enfants. Sa famille anglicane est peu pratiquante. En 1816, il vit une première conversion et découvre l’importance capitale du cœur à cœur avec le Seigneur – « Moi-même et mon Créateur », les « deux êtres » dont, pour lui, l’évidence est « absolue et lumineuse ».

Etudiant, pasteur en 1825, puis professeur à l’Université d’Oxford, il devient catholique, le 9 octobre 1845, au bout d’un long chemin intérieur. En étudiant les « Pères de l’Eglise, qui, dira-t-il, ont fait de moi un catholique », il prend conscience que l’Eglise Catholique du XIXème siècle, quelles que soient ses faiblesses, est bien celle du Christ et des Apôtres - moyennant un « développement  » de la foi dont la nouveauté n’est que le déploiement de ce qui était déjà en germe dans le « dépôt » de la foi apostolique. Sa conversion est ainsi, pour lui, l’entrée dans une plénitude plutôt qu’une rupture.

Ordonné prêtre, en 1847, à Rome, il fondera, en 1848, l’Oratoire (de st Philippe Néri) à Birmingham. Son zèle missionnaire lui fera dire : « l’Eglise doit être préparée pour les convertis aussi bien que les convertis pour l’Eglise ».

Pour lui, « la conscience est le premier de tous les vicaires du Christ  » (phrase citée par le Catéchisme au §1778). Il dira que « la conscience a des droits parce qu’elle a des devoirs » - notamment celui de rechercher la Vérité ! En tout cela, il fut le génial précurseur de Vatican II, dont Jean Guitton disait qu’il avait été le « penseur invisible ». En 1864, dans son Apologia Pro Vita Sua, il retrace les étapes de son cheminement spirituel et de sa conversion.

Léon XIII le fit Cardinal en 1879. Sa devise cardinalice résume bien son cheminement : « Cor ad cor loquitur  » - le cœur parle au cœur. Cette devise nous donne une indication sur la manière dont il comprenait la vie chrétienne : un appel à la sainteté, expérimenté comme le désir profond du cœur humain d’entrer dans une intime communion avec le Cœur de Dieu.

Père Jean Rencki +

© Paroisse Saint-Dominique, Paris 14ème - 2011-2017