Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
Paroisse Saint Dominique
20, rue de la Tombe-Issoire
Adresse Postale
11, villa Saint Jacques
75014 PARIS
Tél : 01 45 65 20 25
Fax : 01 45 65 58 48
st.dominique.paroisse@orange.fr
MESSES A SAINT-DOMINIQUE
Lundi, une seule messe à 18h30
Mardi à vendredi :
8h, 12h15, 18h30
Samedi : 9h, 18h30
Dimanche
Eglise Saint-Dominique

9h, 10h30, 18h30 .
Pour les enfants, à 10h30, garderie et partage de la Parole adaptée.
Chapelle Saint-Yves
(11 rue Saint-Yves) :
9h30 (en français)
11h00 (en polonais).

- Des horaires particuliers sont prévus pour les fêtes et les temps de vacances.
Consultez les Annonces de la semaine dans la colonne de droite.
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Les événements « Archives « "Saint Paul sur le vif" compte rendu de la conférence de M. F. Baslez

"Saint Paul sur le vif" compte rendu de la conférence de M. F. Baslez

Marie-Françoise Baslez nous a livré une approche inattendue de Paul, à travers le commentaire éclairé des lettres composant l’épître aux Philippiens.

L’apôtre et sa communauté de Philippes :
une épître en trois lettres

Marie-Françoise Baslez nous a livré une approche inattendue de Paul, à travers le commentaire éclairé des lettres composant l’épître aux Philippiens.

L’épître aux Philippiens est à considérer comme une œuvre littéraire et comme un texte fondateur qu’il faut lire à plusieurs niveaux. La structure interne permet d’y reconnaître trois lettres qui n’ont pas été conservées dans l’ordre chronologique mais en fonction de leur portée théologique.

Dans la première lettre (Ph 1 et 2), la plus importante pour la communauté mais la seconde chronologiquement, Paul découvre et suggère ce que vont mûrir les communautés chrétiennes durant tout le IIème siècle, que les chrétiens ne sont pas « du monde » mais « dans le monde ».

Paul est sensible au risque que ces petits groupes dérivent en secte et il reconstruit la communauté sur un nouveau ressort, l’agapé, c‘est -à- dire sur une relation mutuelle qui trouve sa source dans le Christ.
En prison, placé devant l’alternative – subir le martyre ou survivre pour la mission- il affirme que l’engagement dans le monde est aussi une forme de témoignage.

La seconde lettre fait part du vécu de Paul à travers les relations qu’il tisse avec la communauté. Face aux divisions qui remettent en cause son autorité de fondateur, il s’expose et parle de lui, adoptant ainsi une attitude très moderne.
En prenant l’opinion à rebours, il marque ainsi la différence chrétienne.

Enfin la troisième lettre, la plus ancienne est en réalité un billet de circonstance, qui accuse réception d’une aide financière reçue par Paul en prison.
En mettant en place des formes d’entraide entre les communautés, Paul commence à bâtir un réseau d’Eglises et l’unité de l’Eglise. L’enseignement ecclésial que l’on peut en tirer est que la communauté des Philippiens doit continuer d’agir comme pôle missionnaire, au-delà du petit groupe local.

Le sens de la mission paulinienne, à travers l’étude de cette épître, est que les groupes de chrétiens doivent se penser comme communauté en renforçant l’esprit de corps et doivent fonctionner en réseau pour rayonner, briser leur isolement et se penser comme membre de l’Eglise Universelle.

Anne-Céline Ribadeau Dumas


Cette conférence a été donnée le mercredi 26 novembre 2008 à la paroisse Saint-Dominique (Salle Madeleine Delbrêl) devant une assistance nombreuse.

Une première conférence de M. F. Baslez sur saint Paul, avait été donnée à l’Institution "Notre Dame de France" le mardi 14 octobre 2008.

© Paroisse Saint-Dominique, Paris 14ème - 2011-2013