Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
Paroisse Saint Dominique
20, rue de la Tombe-Issoire
Adresse Postale
11, villa Saint Jacques
75014 PARIS
Tél : 01 45 65 20 25
Fax : 01 45 65 58 48
st.dominique.paroisse@orange.fr
MESSES A SAINT-DOMINIQUE
Lundi, une seule messe à 18h30
Mardi à vendredi :
8h, 12h15, 18h30
Samedi : 9h, 18h30
Dimanche
Eglise Saint-Dominique

9h, 10h30, 18h30
Pour les enfants, à 10h30, garderie et partage de la Parole adaptée.
Chapelle Saint-Yves
(11, rue Saint-Yves) :
9h30 (en français)
11h00 (en polonais)

- Des horaires particuliers sont prévus pour les fêtes et les temps de vacances.
Consultez les Annonces de la semaine dans la colonne de droite.
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « La paroisse « L'église Saint Dominique « L'Eglise Saint Dominique (3)

L’Eglise Saint Dominique (3)

LES PEINTURES MURALES

Ste Catherine de Sienne

Les peintures (huile sur toile) décorant la chapelle de gauche ont été exécutées par Jeanne SIMON de 1929 à 1935. Les quatre panneaux évoquent la vie de Sainte Catherine de Sienne, qui vivait au XIVème siècle et était rattachée à un tiers ordre dominicain.
- Le premier panneau, en partant de la droite, représente l’enfance de Catherine, dans un paysage bucolique, dans la campagne de Sienne.
- Dans le deuxième panneau, le Christ portant sa croix est auprès de Catherine et se penche vers elle.
- Le troisième panneau ouvre sur un paysage animé de personnages contemporains du peintre.

Il s’agit en effet de la famille de Jeanne SIMON qui, à la manière de certains maîtres anciens, a situé son travail dans son époque. Ainsi elle a peint, parmi les pèlerins accompagnant Catherine de Sienne, ses enfants et petits enfants. Certains vivent encore actuellement. Jeanne SIMON y figure en bonne place.

- Le dernier panneau représente Catherine soignant un pestiféré.

La décoration de la Chapelle du Sacré-Cœur, à droite, est l’œuvre de Pauline CASPERS (qui a également peint les tableaux du chœur de la chapelle des Augustines, rue de la Santé).

En 1943, Paul CHARAVEL, élève de BONNAT ajoutera, derrière les fonts baptismaux (également rehaussés de mosaïques), la grande scène du Baptême de Saint Dominique (qui eut lieu à CALARUEGA, en Espagne en 1170)

LA GRANDE FRESQUE

Artiste issu des ateliers d’art sacré, élève de Maurice Denis et Georges DESVALLIERES, Maurice ROCHER n’a que 28 ans lorsque la Direction des Arts Plastiques lui commande, en 1946, une peinture à fresque pour décorer la voûte en cul-de-four de l’abside de l’église St Dominique.
Le sujet proposé par le peintre est « Le Verbe et la Parole ». Pour ce travail, il se fera aider par Paul VIGROUX.

Au centre le peintre a voulu magnifier le Christ, le Verbe, deuxième personne de la Sainte Trinité, Ressuscité, sortant du Tombeau, vainqueur de la mort. Il est la Voie, la Vérité, la Vie.

A l’extrémité gauche de la composition, nous reconnaissons St Jean Baptiste qui est la « voix « qui crie dans le désert (la prédication de Jean Baptiste préparait la venue de Jésus). Puis c’est l’Ange annonçant la résurrection aux Saintes Femmes. Dans la partie droite le peintre a voulu représenter l’Eglise et ses saints dont l’enseignement est inspiré par le saint Esprit : nous voyons Saint Dominique, fondateur de l’ordre des Frères Prêcheurs, puis st Pierre, st Paul et st Augustin. Au 2ème registre Moïse et Elie représentent la loi et les prophètes.

En haut, Dieu le Père est traité dans la tradition byzantine ; il bénit de la main droite et tient dans la main gauche le monde (une boule de glaise). Remise dans son contexte (1946, après la guerre) la fresque de Maurice ROCHER reste malgré son austérité, un témoignage important tant sur le plan spirituel que sur le plan artistique. Le jugement des critiques d’art de l’époque fut très élogieux « Maurice ROCHER a composé une œuvre considérable par ses dimensions et ses qualités esthétiques. Tout cela est puissamment hiératique.

Le peintre Maurice ROCHER est mort en 1995 et la fresque a été restaurée en 1996 par Henri et Geneviève TAILLEFERT.

© Paroisse Saint-Dominique, Paris 14ème - 2011-2013