Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
Paroisse Saint Dominique
20, rue de la Tombe-Issoire
Adresse Postale
11, villa Saint Jacques
75014 PARIS
Tél : 01 45 65 20 25
Fax : 01 45 65 58 48
st.dominique.paroisse@orange.fr
MESSES A SAINT-DOMINIQUE
Lundi, une seule messe à 18h30
Mardi à vendredi :
8h, 12h15, 18h30
Samedi : 9h, 18h30
Dimanche
Eglise Saint-Dominique

9h, 10h30, 18h30
Pour les enfants, à 10h30, garderie et partage de la Parole adaptée.
Chapelle Saint-Yves
(11, rue Saint-Yves) :
9h30 (en français)
11h00 (en polonais)

- Des horaires particuliers sont prévus pour les fêtes et les temps de vacances.
Consultez les Annonces de la semaine dans la colonne de droite.
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Jumelage avec la M.A. de LA SANTE « Témoignage : pièce de théâtre sur Thérèse de Lisieux

Témoignage : pièce de théâtre sur Thérèse de Lisieux

"Liens", juin 2011

Eva HERNANDEZ, comédienne, nous donne ses premières impressions

Samedi 12 mars 2011

Ce matin sainte Thérèse vient raconter l’histoire de sa vie à la prison de la Santé, c’est le jour du spectacle.

Il est très tôt, je viens en métro avec le metteur en scène, Michel Pascal, un grand ciel bleu, une joie immense nous envahit.

Arrivés à la prison, cette joie ne nous quitte pas, l’ambiance est détendue, et tout le staff est joyeux.

Ce qui m’impressionne le plus ce sont les filets suspendus à chaque étage pour éviter les sauts de l’ange...

Je croise des détenus sans savoir qu’ils en sont, ils ne sont pas menottes, et je comprends qu’ils sont "libres" dans la prison. Certains me disent bonjour, mais je veux qu’ils aient la surprise, je ne veux pas qu’ils me voient avant que je joue.

Je me prépare dans une toute petite pièce consacrée à l’aumônerie de la prison, je suis très détendue, ce qui me surprend, et je trépigne même d’impatience, je ne tiens plus de jouer, je sens une grande effusion autour de l’événement du matin...

Je me sens comme en famille, je vois que le père Clochard Bossuet et toute l’équipe d’aumônerie, sont comme des gentils parents ou frères pour ces hommes qu’ils appellent "les garçons".

Les garçons sont impatients comme moi, ils préparent leur salle polyvalente en installant les bancs avec soin, pendant que moi je mets mon costume.

Michel Pascal présente le projet, tous les garçons l’écoutent avec une telle attention, on sent qu’ils sont heureux d’être là, qu’ils ont choisi, et ils sentent qu’on ne vient pas du tout les juger mais leur apporter un moment d’amour, de partage, de liberté. Je me sens utile.

Quand sainte Thérèse entre dans la salle, silence... puis les garçons applaudissent, ce qui me déstabilise ! ! ! Et m’encourage aussi ! C’est un jour unique...

La salle est peinte en dégradé de bleu, les couleurs sont pures, et le mur du fond accueille la petite Thérèse sur un décor tagué : la plage, et un beau palmier ! ! !

Un petit autel en bois avec une bougie sont installés sur la grande estrade qui sert de scène à sainte Thérèse qui s’assoit, heureuse, face à tous, et qui les regarde tous et chacun, dans leur cœur. Rencontre inoubliable. Les garçons sont en écoute recueillie pendant plus d’une heure, je sens que la nourriture spirituelle que je leur transmets dans un total abandon, leur fait du bien.

L’échange après la pièce était très beau, et riche, très important. Ils étaient tous tellement dignes, tellement humains, tellement gentils.
Je leur sers la main à chacun à la fin et leur écris un petit mot de tout mon cœur à chacun.

Ce sont des instants de vie tellement courts, éphémères, mais précieux, qui laissent un goût d’éternité, de liberté, de vérité, et qui participe à la qualité du quotidien, aussi bien pour eux que pour nous.

Nourrir le quotidien d’un homme en prison ou pas, c’est aussi l’aider, l’aimer, le pardonner,
et c’est aussi s’aider soi-même, se pardonner soi-même, s’aimer...
L’âme n’est jamais malade, elle n’est jamais en prison, je l’ai vu ce jour là...

Ils le sentent, et dans le silence, un dialogue très subtil s’installe, Dieu, la vie, la paix est là, et on se sent bien.

Eva Hernandez

Publié dans "LIENS", juin 2011

© Paroisse Saint-Dominique, Paris 14ème - 2011-2017